Pierres
de Lumière
août 2018
       

Vacances!!!

Ce numéro 159 de notre journal ' Pierres de Lumière' correspond au mois de Juillet quand vient le temps de l'été, de vacances, de repos, parfois de voyages attendu par tous... ou presque. Car il est des solitudes vécues plus lourdement durant ces mois de rassemblements familiaux et de soleil, de dépaysement ou de repos. C'est je crois un temps privilégié pour la foi, le moment où l'on peut prier plus et autrement, écouter le silence, (visiter l'exposition Zao WOU KI l'espace et le silence' au musée d'art moderne de la ville de Paris)... contempler la nature, entendre et savourer la Parole, relire sa vie.
Pendant ces mois d'été, il est bon de laisser se tamiser notre vie au filtre du silence et de la rencontre intérieure, d'envisager autrement les semaines récentes, pour laisser s'inscrire en nous plus consciemment ou vivement la trace de Dieu dans notre vie. Pour reconnaître sa Présence. Car elle n'est pas toujours aisée à discerner au fil des jours quand le flot du quotidien nous emporte. Et les événements du monde continuent aussi de nous atteindre, même si nous tentons de les tenir à distance.
Ce mois de juillet marque aussi le second anniversaire de la mort du père Jacques HAMEL, un homme épris d' Evangile et de fraternité. Et si nous demandions à Dieu humblement ce don de proximité de l' Evangile et de fraternité ?
Père Renaud WITTOUCK

Tu es le Seigneur des vacances, pas seulement des vacances scolaires ou des congés payés !
NON ! Le Seigneur de la vacance, du vide.
Nous, nous aimons les vacances pour faire le plein d'énergie, de santé et de bonne humeur.
Nous disons que la vie quotidienne nous épuise, nous vide.
En fait, notre cœur n'est pas souvent vacant pour être à ton écoute.
Le travail, les soucis, les détresses y sont des locataires encombrants que nous ne pouvons ou nous ne voulons pas chasser.
Pour emménager dans notre coeur, Tu voudrais bien, Seigneur, qu'il y ait un peu de place, un peu de vide.
Si nous te faisons un peu de place, c'est dans un recoin d'une vie encombrée.
Toi, Seigneur, qui attends la moindre vacance pour t'installer aux cœurs des hommes, aide-nous à rentrer en vacance. Sois le Seigneur de l'éternel été.
Donne-nous la plénitude de la tendresse, la liberté de ceux qui courent annoncer à tous vents que Tu es venu habiter chez eux, leur apportant la joie.