Pierres
de Lumière
mars 2016
       

Elle court, elle court la Bonne Nouvelle de la Résurrection de Jésus.

Ce numéro 145 de notre Journal ‘Pierres de Lumière’ vous accompagnera pendant la fin du du Carême et celui si beau du temps Pascal.
«  Le premier jour de la semaine ( Dies Dominica) à la pointe de l'aurore, les femmes se rendirent au tombeau, portant les aromates qu'elles avaient préparés.. C'étaient Marie-Madeleine, Jeanne, et Marie mère de Jacques »... Puis elles courent l'annoncer à Pierre qui à son tour court au tombeau... Marie-Madeleine court, Pierre court. L'autre disciple court La pierre roulée et le tombeau vide font bouger et courir ! … « Nous ne savons pas où on l'a déposé » La question est posée et le mystère reste entier. Jamais les évangiles ne racontent le moment de la Résurrection. Seule, l'expérience d'hommes et de femmes, qui ont suivi Jésus, et qui découvrent que tout ne s'arrête pas à la Croix et au tombeau, est racontée au fil des évangiles Alors, nous ne pouvons pas passer à côté du Livre des Ecritures. Toute l'histoire de notre Salut et du Salut de l'humanité, que nous relierons à la Veillée Pascale, y est racontée. Toute la fidélité de Dieu qui ne cesse de renouer alliance avec son peuple, y est dite. Toute notre vie, relue au feu des Ecritures, y trouve sens et souffle.
Pierre court au tombeau. Il n'est pas seul. Ils sont deux. Car selon la tradition biblique , il faut être deux pour que le témoignage soit valide ( Dt 19,15) et si plutôt c'était comme si Pierre nous entraînait dans cette course folle du matin de Pâques ! L'autre disciple voit, et il croit. Ce que les disciples n'avaient pas compris est enfin à leur portée. Leurs yeux s'ouvrent et ils le reconnaissent. L'Ecriture ne cesse d'ouvrir nos yeux. Oui «  Heureux ceux qui croient sans avoir vu ! »
Comme Pierre, avec Pierre, il nous faut courir au tombeau. Mais il nous faut aussi franchir le seuil du tombeau vide pour, avec le Christ passer résolument à une vie nouvelle. Sortir de nos ténèbres, croire que notre propre résurrection est déjà commencée aujourd'hui. Voilà ce à quoi nous convie le Ressuscité. Nous sommes ressuscités avec le Christ, quelle Bonne Nouvelle ! Alléluia !

Et pour terminer cet éditorial, je laisse la parole à la communauté des Diaconesses de Strasbourg.
« Seigneur, il y tant d'inachevé dans ma vie, il y a tant d'inassouvi dans mon cœur.
Libère-moi des mesquineries du quotidien pour que je me réjouisse de l'ouvrage de mes mains et de la beauté du monde.
Seigneur, il y a tant de vallées sombres dans ma vie, il y a tant de tristesses dans mon cœur. Transforme les en une joie nouvelle afin qu'elles n'aient pas été inutiles.
Seigneur, il y a tant de solitude dans ma vie, il y a tant de murs dans mon cœur. Elargis l'espace de mon âme pour y semer la nouveauté afin que je ne passe pas à côté de la vie (...).
Et pourtant tu es toujours là pour ressusciter l'espérance...

Père Renaud WITTOUCK