Pierres
de Lumière
mars 2015
       

nouvel article


Ce numéro 138 de notre Journal ‘Pierres de Lumière’ correspond au Temps Pascal. Temps joyeux pour tous les chrétiens, surtout les nouveaux baptisés. Et 40 jours après Pâques le jeudi 14 Mai nous fêterons la fête de l'Ascension du Seigneur.
Quelle chance que nous soit rapporté cet instant où Jésus Ressuscité se sépare de ses disciples et disparaît à leurs yeux ! L'homme de Nazareth ne se promènera plus dans les villes ni dans les villages avec ses compagnons. On ne l'entendra plus prêcher ni intimider les démons. On ne le verra plus à des noces, ni pleurant un ami décédé. Désormais, les disciples inventeront une toute nouvelle relation à leur Maître. Les sens ne seront plus d'aucun recours : Ils ne pourront plus le voir, ni l'entendre, ni le toucher. Le langage devient plus intérieur, plus essentiel, franchement dépouillé. Alors pour les disciples ( comme pour chacun d'entre-nous) la tentation est grande de rester à regarder le ciel. C''est tellement rassurant, le mirage d'une relation directe entre Dieu et nous-mêmes, sans rien ni personne pour servir de médiation !
Ce récit de l'Ascension du Seigneur, témoigne de tout autre chose. Pour les disciples (comme pour nous) ce départ de Jésus n'est pas un abandon, ni une démission : Il s'accompagne d'une promesse : Une force venue d'en haut, celle de 'l'Esprit Saint qui viendra sur eux. Et d'une mission: Ils sont envoyés pour témoigner de la Résurrection de Jésus,jusqu'aux extrémités de la terre.
Pour nous, quelle est donc cette chance ? D'abord, celle d'être invités, ici et maintenant, à construire une relation au Christ dans notre vie intérieure et spirituelle. Ensuite, celle d' être appelés à participer avec tous les chrétiens à la réalisation de la promesse, par l'accueil de l'Esprit saint. Enfin, celle d'être envoyés témoigner aujourd'hui, à temps et à contre-temps de la Résurrection en commençant par nos frères les plus pauvres et les périphéries du monde.
Frères et sœurs artistes ou passionnés d'art, pour tout ce temps de l' Eglise, je vous laisse avec un texte d'Ignace évêque d'Antioche de 50 à 111 dans sa lettre aux Ephésiens : «  Ainsi Jésus-Christ est-il chanté par l'amour harmonieux qu'il y a entre vous. Que chacun d'entre vous se joigne bien à ce choeur, de façon que vous receviez de Dieu même, la partition que vous devez chanter et que vous proclamiez ainsi Jésus-Christ par la plus belle des musiques spirituelles. La prière d'une personne seule a beaucoup de pouvoir, mais la prière d'une Eglise entière en unité avec son pasteur a une puissance incroyable. C'est en tant qu'humbles membres d'un grand choeur spirituel, que nous apprenons véritablement à aimer et à louer Dieu »




.
Père Renaud WITTOUCK