Pierres
de Lumière
janvier 2014
       

Meilleurs voeux pour 2014.

Ce numéro 133 de notre Journal ‘Pierres de Lumière’ correspond à la Nouvelle année 2014. C’est l’année RAMEAU (1683-1764) mais aussi celle du 8 è centenaire de la naissance de st Louis.
Qui dit début d’année dit parfois comme pour le Mercredi des cendres, quelques bonnes intentions de changement.
Alors je vous (je nous) en propose une… Lorsque nous nous trouvons en présence d’un interlocuteur, (qui n’est pas forcément un artiste), nous avons tendance à nous en faire un portrait préalable et à le ou la classer immédiatement dans un cadre bien défini. Il ou elle est sympathique, peut-être un peu suffisant. Il ou elle est trop sûr de lui (ou d’elle) ils ont des idées arrêtées, pas facile à contredire et pourtant il y aurait matière à redire etc… Et le portrait se précise. Dès les premières minutes de la rencontre, il ou elle est classé, catalogué, enfermé dans un schéma. Jugement quasi définitif, qu’il sera par la suite difficile de modifier dans notre esprit.

Et si par exemple cette année, (à la suite de st Louis et de st Ignace) nous décidions d’adopter une attitude différente ! Si, nous donnions à notre interlocuteur un ‘présupposé de bienveillance’ ‘Tout bon chrétien nous dit St Ignace « doit être plus disposé à sauver la phrase du prochain qu’à la condamner» Dans le style et le langage de l’époque, il nous incite à considérer que ce que nous dit notre interlocuteur comporte des choses valables. Il faut s’efforcer de les entendre et de les comprendre plutôt que de tout condamner de prime abord.
Ce ‘principe de bienveillance’ pour être mis en pratique, nécessite une approche ouverte, sans a priori. Il faut être capable d’ ECOUTER ce qui nous est dit et non pas chercher à analyser, pour le critiquer, ce que nous entendons. Il faut entendre ce que notre partenaire a voulu nous dire à travers sa culture et à travers le contexte dans lequel, il se trouve en ce moment précis.

Nous avons à oublier momentanément nos acquis, pour entendre ce qu’on nous dit et non pas ce que nous estimons devoir nous être dit. Si nous ne comprenons pas ce qui nous est dit, il ne faut pas en rester là mais rechercher ce qui motive son attitude, ce qui l’amène à avoir ces sentiments. L’ECOUTE ne doit pas être seulement passive, en attente de ce qui va nous être dit, mais active, c’est-à-dire qu’il faut créer les conditions pour que notre vis-à-vis puisse exprimer ce qu’il ressent au fond de lui-même.
Cela nécessite bien sûr que l’on mette sous le boisseau toute opposition ou toute rancune. Il faut non seulement savoir être ‘indifférent’ au sens Ignatien du terme mais aussi accorder le préjugé favorable. On doit être enclin à la plus grande bienveillance, c’est-à-dire à chercher le sens des mots pour celui qui parle, à ‘vouloir du bien’ à celui qui est en face de nous; savoir trouver les bons côtés des gens, ne pas s’attarder sur leurs défauts, et rechercher les causes qui le font s’exprimer ainsi
‘Si on te frappe avec un bâton, tu en veux à celui qui tient le bâton, pas au bâton lui-même. Celui qui te frappe n’est-il pas tenu lui-même par la haine ? Cette phrase du Dalaï LAMA nous incite à la réflexion. Elle nous invite à considérer que dans les attitudes de nos interlocuteurs, il faut aller rechercher ce qui motive ou a motivé très en amont parfois, leur comportement, ne pas s’arrêter aux apparences.

Je sais évidemment qu’il n’est pas toujours facile d’accepter ce ‘présupposé de bienveillance’ Frères et sœurs artistes, si cela est possible cette année, essayons de nous présenter les uns devant les autres, en situation d’ ECOUTE sans aucun à priori. Etre bienveillant, comme le dit le mot lui-même, c’est vouloir le bien pour l’autre. C’est donc s’oublier soi-même pour laisser une place à l’autre: attitude contre nature.
La bienveillance est une disposition qui doit se cultiver et qui ne s’acquiert qu’avec beaucoup de cœur et de persévérance. Pour nous encourager à œuvrer dans ce sens, méditons pour vérifier si ce n’est pas tout simplement l’attitude courante et habituelle de st Louis, des saintes et des saints connus et inconnus et surtout habituelle du Seigneur à notre égard.

Bonne année 2014 à chacune et à chacun d’entre-vous dans la joie de vivre toute cette année dans une meilleure connaissance des uns et des autres. Mon souhait : Que nous fassions vraiment une ‘communauté’, une cellule, une paroisse de l’Eglise qui est à Lille d’artistes chrétiens.

.
Père Renaud WITTOUCK