Pierres
de Lumière
mars 2013
       

"N’ayez pas peur du Christ!"

Ce numéro 128 de notre Journal ‘Pierres de Lumière’ est celui des 40 jours de Carême, (que nous avons commencé dans la chapelle par la Messe dite du ‘ Vœu de WILLETTE’ présidée par notre archevêque Monseigneur Laurent ULRICH), du Conclave qui élira le 266 è successeur de Pierre et du temps Pascal.
Voulu et initié par Jean XXIII le Concile Vatican II (1962-1965) fut poursuivi et mené à terme par ses successeurs Paul VI, Jean-Paul I, Jean-Paul II et Benoît XVI Il est possible que le prochain Pape n’ait pas assisté au Concile Vatican II ! Cinq hommes très différents au service du renouveau de l’Eglise.
Jean XXIII fut donc l’initiateur de ce nouveau ‘ printemps d’Eglise’ On s’attendait à ce que cet homme de 77 ans ne soit qu’un ‘Pape de transition’ Il créa la surprise en annonçant le 25 janvier 1959 la convocation d’un Concile œcuménique ! Le 11 octobre 1962, après trois années de préparation, le ‘bon Pape’ présidait la cérémonie d’ouverture de ‘Vatican II’ devant 2500 pères conciliaires du monde entier, réunis dans la basilique saint Pierre. C’était un homme corpulent, tandis que Paul VI était plutôt mince. L’un était issu d’une famille de paysans, l’autre de la grande bourgeoisie. L’un avait passé trente années loin de Rome comme représentant du Saint Siège, l’autre avait surtout oeuvré au Vatican au sein de la Curie. L’un était jovial et optimiste, l’autre réservé et anxieux. Ces deux hommes Jean XXIII et Paul VI, s’appréciaient pourtant et furent les deux grands architectes du Concile Vatican II.
Suivirent Jean-Paul I dont on garde le sourire, décédé 33 jours après son élection Puis Jean-Paul II le Pape venu de l’autre côté du mur, jeune, dynamique, sportif, homme de théâtre, mais surtout voyageur. Puis Benoît XVI pianiste, amoureux de MOZART, théologien et vrai. Comment succéder à Jean-Paul II si médiatique ? On a presque pu assister à sa mort en direct !
Il n’empêche que pour un autre ‘Pape de transition’ (On récoltera les fruits du travail accompli plus tard) Benoît XVI fut convaincu que le renouveau de l’Eglise passe par le témoignage de vie des croyants. Il annonça l’ouverture d’une Année de la foi en octobre dernier qui coïncide avec le souvenir reconnaissant de deux grands événements qui ont marqué le visage de l‘Eglise en nos jours: le Cinquantième anniversaire de l’ouverture du Concile Vatican II et le vingtième anniversaire de la promulgation du Catéchisme de l‘Eglise catholique, offert à l‘Eglise par le bienheureux Jean-Paul II (11 octobre 1992)… Paul VI avait déjà lancé le dialogue avec les non-croyants, mais ces non croyants partageaient alors avec les croyants une culture commune, même si c’était pour la rejeter. Aujourd’hui au contraire nos contemporains ignorent jusqu’au nom même de Dieu. ‘On ne peut plus transmettre la foi aujourd’hui comme on la transmettait hier’ L’Année de la foi veut contribuer à une conversion renouvelée au Seigneur Jésus et à la redécouverte de la foi, ‘ il est opportun de rappeler la beauté et la centralité de la foi’ afin que tous les membres de l’Eglise, soient des témoins crédibles et joyeux du Seigneur ressuscité dans le monde d’aujourd’hui, capables d’indiquer aux nombreuses personnes en recherche la ‘ porte de la foi’ Cette ‘porte’ ouvre grand le regard de l’homme sur Jésus-Christ, présent au milieu de nous ‘tous les jours jusqu’à la fin du monde’ ( Mt 28,20) Il nous montre comment ‘l’art de vivre’ s’apprend ‘ dans un rapport intense avec lui’
La foi ‘est une compagne de vie qui permet de percevoir avec un regard toujours nouveau les merveilles que Dieu réalise pour nous. Engagée à saisir les signes des temps dans l’aujourd’hui de l‘histoire, la foi incite chacun de nous à devenir signe vivant de la présence du Ressuscité dans le monde’ La foi est un acte personnel en même temps que communautaire: c’est un don de Dieu qui est vécu dans la grande communion de l’Eglise et doit être communiqué au monde. Chaque initiative prise pour l’Année de la foi veut favoriser la redécouverte joyeuse et le renouvellement du témoignage de la foi.
Frères et sœurs artistes, passionnés d’art, que ce Temps Pascal (qui va de Pâques à Pentecôte) soit pour nous et pour tous les chrétiens un temps vraiment fort, une occasion privilégiée pour partager et exprimer par nos paroles, nos actes et nos talents ce que nous avons de plus cher: le Christ Jésus, mort et Ressuscité, Rédempteur de l’homme, Roi de l’univers ‘Principe et terme de la foi’ (He 12,2) base de la Nouvelle Evangélisation voulue elle aussi par Benoît XVI. Oui ‘N’ayez pas peur du Christ’

.
Père Renaud WITTOUCK