Pierres
de Lumière
septembre 2012
       

" La Nouvelle Evangélisation"

Ce numéro 125 de notre Journal ‘Pierres de Lumière’ est celui de la rentrée donc celui des ’29 è Journées Européennes du Patrimoine’ les 15 et 16 septembre; des ‘Portes Ouvertes des Ateliers d’Artistes’ les 20 et 21 octobre; et événement, du 7 au 28 octobre à Rome du ‘Synode sur la Nouvelle Evangélisation’ fondé sur une relecture du Concile Vatican II, dans le cadre d’une Année de la Foi voulue par Benoît XVI. Si le terme de ‘Nouvelle Evangélisation’ lancé en 2000 par Jean-Paul II face à la déchristianisation galopante, vous semble réservé à certains spécialistes, et bien détrompez-vous !… Je vous assure que comme moi, vous êtes toutes et tous des nouveaux évangélisateurs qui s’ignorent… Car nous pouvons répandre la Foi à chaque instant de notre journée comme M Jourdain faisait de la prose sans le savoir! Il suffit d’invoquer le don de l’Esprit Saint qui ne se fait jamais prier. Et comme saint Pierre le recommande, de dire avec « douceur et respect » l’Evangile et le magistère de l’Eglise, à toute personne sécularisée, en paroles, en actions, et j’ajouterais par nos différents talents.

En parlant de ‘talents’ je vous invite évidemment à relire la parabole chez Matthieu 25,14-30 et à la décrypter. Le Maître c’est Jésus. Son « départ en voyage » c’est sa mort. « Son retour longtemps après » c’est son retour dans la gloire à la fin des tems. Le long temps entre le départ et le retour, du Christ, c’est le temps dans lequel nous sommes, le temps de la croissance de l’Eglise. Les « talents » confiés aux serviteurs, ce ne sont
pas les qualités humaines de ces derniers. Il s’agit de fortes sommes d’argent. Jésus utilise cette image financière pour faire comprendre que ce qu’il confie à ses serviteurs, c’est son bien à Lui. Il s’agit alors, pour les serviteurs d’être au service de la croissance du bien très précieux du Maître, autrement dit de la croissance des amis de Jésus dans la foi, l’espérance et l’amour par l’Evangélisation. C’es vrai, Jésus fait une confiance inouïe aux serviteurs: c’est à eux que revient l’immense responsabilité de gérer la construction du Royaume dans le temps, à condition qu’ils n’oublient jamais qu’ils ne sont pas des propriétaires de l’Eglise !
Ces serviteurs sont sans doute, en priorité les Apôtres et à leur suite, les pasteurs de l’Eglise et Vatican II insiste fort, ce sont aussi tous les baptisés. Ils ne reçoivent pas tous les mêmes talents, mais « Chacun selon ses capacités ». Ainsi Paul a été envoyé pour évangéliser les nations païennes et Pierre a été envoyé avant tout vers le peuple Juif. Mais, pour Jésus, l’important est la manière dont ces différents serviteurs exercent leurs responsabilités. Les deux premiers contribuent efficacement à la croissance, à la construction du Royaume. Ils sont de « bons et fidèles serviteurs ». Ils n’ont pas eu peur d’aller de l’avant, de prendre des risques, d’explorer de nouvelles prairies pour conduire les brebis sur de bons pâturages. Les Apôtres ont su faire preuve d’audace et dépasser la stricte observance de la loi de Moïse, pour accueillir les païens dans l’Eglise.
La grande erreur du troisième a été d’entretenir une fausse image du Maître. Au lieu d’être au service d’un Dieu de la vie et de la joie, il a annoncé un Dieu revêche, rabat-joie, à l’affût de la plus petite incartade de ses enfants qui ne laisse rien passer, pas la moindre peccadille. Un Dieu qui suscite la peur. Nous sommes alors en plein dans l’histoire de l’Eglise. Que d’initiatives heureuses mais aussi que de peurs et de frilosités ! Les peureux disent: « Surtout restons sur des chemins bien balisés par la « ‘tradition ». Il appartient au peuple de Dieu d ‘aider ces pasteurs et ces croyants à sortir de leurs peurs. Pour que l’Evangile soit annoncé avec fidélité à temps et à contre temps, oui, mais avec audace.
Benoît XVI ajoute aussi « Qu’ être chrétien n’est pas une sorte d’habit à revêtir en privé… mais constitue quelque chose de vivant et de totalisant capable d’assumer tout ce qu’il y a de bon dans la modernité…. En liberté face aux pouvoirs de ce monde » Alors pour fin 2012 comme les 12 et plus nombreux que jamais, n’ayons plus peur de transmettre le Christ. Et jusqu’au 24 Novembre 2013, pendant toute cette année de la Foi soyons par nos talents et surtout nos talents artistiques que Dieu nous a confiés, les véritables Apôtres du Christ.

Père Renaud WITTOUCK