Pierres
de Lumière
mai 2012
       

St Claire d’Assise.

Ce numéro 123 de notre Journal ‘Pierres de Lumière’ est donc celui du printemps, du début de l’été, de l’exposition à Arras sur Don BOUTON et de l’exposition ‘Saint Claire d’Assise, les 5 sens et nous’
Claire est la fondatrice des Clarisses. Elle est née en 1194 à Assise d’une famille noble. A dix-huit ans, elle entend prêcher saint François, décide de le rejoindre à la Portioncule à Assise et y prend l‘habit de nonne. Elle est formée à la vie religieuse dans deux monastères bénédictins. François lui ouvre une petite maison proche de l’église de saint Damien à Assise, qu’il a restaurée. La communauté dont elle devient l’abbesse en 1215 comprend la mère de Claire et deux de ses sœurs. L’austérité de vie pratiquée par elles a été confirmée par un Privilège de pauvreté, délivré par le Pape Grégoire IX en 1216. Claire n’a jamais quitté son monastère d’Assise, où elle s’efforce d’appliquer l’idéal de vie formulé par saint François. Les différentes maladies dont elle souffre durant près de trente ans ne l’empêchent pas de se dévouer sans partage à ses religieuses. A deux reprises, Assise faillit être saccagée par les soldats de l’empereur Frédéric II parmi lesquels se trouve un certain nombre de Sarrasins. Claire est malade, on la porte sur le rempart de la ville, armée d’un seul ostensoir, elle met l’ennemi en fuite. Elle a été canonisée deux ans après sa mort en 1255.
On la représente dans le costume des religieuses franciscaines, avec cordelière à trois nœuds. Au XV è siècle, elle porte parfois un manteau rayé de pénitente. Les scènes le plus souvent retenues sont: Saint François, lui coupe les cheveux et lui remet l’habit; ses adieux à saint François; le Pape confirme son privilège; elle met en fuite les Sarrasins armée d’un ostensoir (Bas-relief en bois, église inférieure d’Assise XV è siècle) Cimabue
(fresques, basilique Sainte Claire à Assise XIII è siècle), raconte les principaux épisodes de la vie de Claire ainsi qu’un vitrail de l’église de Konigsfeld en Argonie (Suisse). Sainte Claire dans une gloire d’anges, est couronnée par le Christ et la Vierge (partie supérieure du retable du couvent des Clarisses XV è siècle, Nuremberg, musée national germanique.
On lui attribut des habits de Clarisse, ostensoir, Croix surmontée d’un rameau d’olivier (amour de Claire pour le crucifix) Lis ((peintres siennois et ombriens) Lampe à huile ou lanterne (patronne des aveugles).
Enfin Sainte Claire d’Assise est fêtée le 11 août. Elle est la patronne de la télévision depuis 1958. L’origine de ce patronage trouve son sens dans une légende mise par écrit au XIV è siècle. Elle figure dans un recueil de ‘petites fleurs’ (des saints) ou fioeretti Ces fiœretti racontent que Sainte Claire, couchée et malade, ne pouvait assister à la messe de Noël à la basilique saint François d’Assise. Elle y assista alors en esprit, à distance. Saint Claire est invoquée notamment dans les pays germaniques contre les maux d’yeux. L’origine de cette invocation est peut-être due à un rapprochement étymologique entre le prénom de Claire et le fait de ‘voir clair’.
« Celui qui nourrit les oiseaux du ciel et donne leurs vêtements aux lys des champs, ne vous laissera pas non plus manquer de vêtement ni de nourriture (Privilège de pauvreté) et moins joyeuse mais si belle à mon goût : «Pars en toute sécurité, car tu as un bon guide pour la route: pars, car Celui qui t’a créé, t’a aussi sanctifié. Il t’a toujours gardé et aimé, d’un tendre amour, comme une mère aime son fils ! Sois béni, Seigneur toi qui m’a créée »



Père Renaud WITTOUCK