Pierres
de Lumière
mars 2012
       

Christ est ENCORE ressuscité!

Ce numéro 122 de notre Journal ‘Pierres de Lumière’ est donc celui de la fin du Carême, de la Semaine Sainte et encore cette année de la Résurrection du Christ. OUF ! Christ est encore ressuscité ! Alléluia. Pas toujours simple de prendre la mesure de cette incroyable nouvelle, base de notre foi, dans l’effervescence de nos vies bien rôdées, mais trépidantes. Surtout en cette apogée de l’ère technologique, où règnent sans partage les sciences et la rationalité… Marcher sur Mars ? Pourquoi pas d’ici peu ? Regarder la télévision sur son portable (sauf en conduisant) ? Facile non? Mais qu’on puisse ressusciter… Qui oserait croire de telles histoires? Il y a 2000 ans déjà on a dit que des disciples avaient emmené le Corps de Jésus Pourtant, savez-vous que nous aussi, nous expérimentons ce souffle ressuscitant,parfois même sans nous en rendre compte !
Qui ne s’est jamais émerveillé de la langoureuse tiédeur du soleil d’avril, lorsque les premiers rayons printaniers commencent à vous chauffer la peau ? L’expérience du Christ Ressuscité, nous la vivons peut-être aussi chaque fois que nous bousculons les lieux de mort qui nous entourent; lorsque deux personnes se réconcilient après des années d’animosité, lorsqu’un malade se rétablit peu à peu, alors que les médecins se montraient pessimistes, ou simplement lorsque nous parvenons à dépasser une angoisse, une appréhension…
A y regarder de plus près, la vie n’est-elle pas en soi déjà « resurrective ? » Il suffit pour s’en convaincre, d’ouvrir nos fenêtres en ces jours où le printemps jette les prémices de la douceur à venir. Les arbres asséchés par le froid d’hier si rude cet hiver, retrouvent aujourd’hui leur sève, les bourgeons sortis si tôt, se préparent à éclore tandis que les oiseaux qui avaient déserté notre ciel semblent ressurgir, de nulle part ! Voyez aussi, ces herbes folles qui fendent le béton de nos trottoirs, comme si la vie devait forcément reprendre tôt ou tard ses droits...
On est tout de même bien loin de la Résurrection me direz-vous! Peut-être… Pour autant, ces discrètes renaissances, ces banales mini résurrections ne révèlent-elles pas une dynamique beaucoup plus profonde, ancrée au cœur du cosmos et de la destinée humaines, promise à la vie éternelle? « En avril, ne te découvre pas d’un fil ! » Certes ! Mais laissons-nous néanmoins saisir par le langage de la Création qui reverdit, en nous redisant sans cesse d’espérer, de lâcher prise et de croire en l’improbable. Comme l’écrivait le grand poète espagnol Antonio MACHADO 1875-1939) ‘ Le printemps est venu: comment, nul ne l’a su ‘ Ouvrons donc nos yeux sur son puissant et véritable mystère: celui de la vie si forte.



Père Renaud WITTOUCK