Pierres
de Lumière
novembre 2011
       

Bonne Nouvelle Année Liturgique à toutes et à tous.

Ce numéro 120 de notre Journal ‘Pierres de Lumière’ (le dernier de cette année) est donc celui de la Toussaint et de la fête de Noël. Pour la Toussaint quelques artistes de notre association « Reliances d’Artistes » vous invitent à aller découvrir jusqu’au 18 novembre leurs peintures, leurs sculptures et leurs textes « De l’Ombre à la Lumière » au Nouvel Accueil ‘Marthe et Marie’ de Lomme. (Métro St Philibert) dans ce nouveau quartier appelé ‘Humanicité’
Le début de l’Année Liturgique qui commence le Premier Dimanche de l’Avent (cette année le 27 Novembre avec messe à 1030 dans la chapelle) voit la lumière mourir puis renaître peu à peu au moment de Noël. D’une saison à l’autre, notre vie spirituelle épouse symboliquement le rythme cosmique.
Le cycle des saisons nous apprend que la lumière, c’est la vie. La liturgie de l’Eglise nous permet de vivre cette réalité cosmique comme un chemin spirituel. Quoi de plus normal, puisque, comme nous le chante le psalmiste « Les cieux racontent la gloire de Dieu » (Psaume 18,2) ? L’évangéliste jean évoque d’ailleurs Jésus comme « Vie » et « Lumière » Dans les 9 premiers versets de son prologue (que nous entendons le jour de Noël) le mot « Lumière » revient six fois ! Et dans son Evangile, le Christ se définit lui-même comme la « Lumière des hommes » (Jean 8,12) , les ténèbres apparaissent à l’inverse comme le royaume de la mort où se terrent ceux qui veulent cacher leurs œuvres mauvaises ( 3,19-21)
L’Année Liturgique commence quatre semaines avant Noël, à la période où les jours atteignent leur plus petite durée. Alors que la victoire des ténèbres semble écrasante, il y a de quoi implorer la Lumière de venir. Quatre jours après le solstice d’hiver, à minuit, naît un germe de Lumière: Ce petit d’homme que nous savons être le Verbe Eternel. Toutes les fêtes du cycle de la Nativité (Epiphanie, Baptême du Christ) rayonnent de cette Lumière Espérance.
Bonne Toussaint, Bonne Année Liturgique à chacune et à chacun.

Père Renaud WITTOUCK