Pierres
de Lumière
juillet 2010
       

’SILENCE... On tourne!’

Ce numéro 112 de ‘ Pierres de Lumière’ correspond donc aux mois d’été qui offriront je l’espère à beaucoup d’entre-nous la possibilité d’un recul à l’égard de l’environnement quotidien, et surtout une plus grande proximité avec la nature.

Saint Bernard DE CLAIRVAUX rappelle, dans l’une de ses nombreuses lettres, qu’on « apprend plus de choses dans les bois que dans les livres » : « Les arbres et les rochers vous enseigneront des choses que vous ne sauriez entendre ailleurs »
En ce sens, si nous ne les avons déjà trouvés, trouvons le ou les lieux qui nous permettront de faire l’expérience d’un silence extérieur à écouter, par lequel nous nous laisserons enseigner, habiter, apaiser. Les échanges, aussi riches soient-ils sont parfois une fuite: et n’oublions pas qu’une communion profonde peut se nouer dans un silence partagé, qu’on peut trouver Dieu ‘dans le silence. Mieux encore: dans le silence, c’est Dieu qui nous trouve. Le silence est sa langue « écrivait Julien GREEN.
La vie citadine et la culture technologique nous font parfois oublier notre appartenance à la terre, perdre la sensation de ces éléments nécessaires à la vie que nous ne maîtrisons jamais totalement.
La nature nous aide donc à nous re-situer dans notre condition de créature, à nous libérer également d’une approche trop intellectualisée de Dieu et du mystère « A voir ton ciel… Qu’es- ce que l’homme pour que tu penses à lui, le fils d’Adam, que tu en prennes souci » nous dit le Psaume 8 que nous avons travaillé avec les élèves de l’école Jeanne d’Arc de Roubaix il y a bien longtemps! L’émerveillement étant une étape de cette sortie de soi, qui ouvre progressivement à Dieu.
La ‘beauté’ (des espaces,des lumières,des couleurs) nous met sur le chemin de Dieu. Comme le mentionne très justement saint Paul dans l’épître aux Romains: « Ce qu’il y a d’invisible depuis la création du monde se laisse voir à l’intelligence à travers les œuvres de Dieu » Avant lui, la tradition d’Israël invitait déjà à reconnaître la présence de la Sagesse « artisane » dans la qualité du créé (Pr 8,22-31; Si 1, 24 ; Job 38) Merveilles de Dieu qui peuvent nous aider à découvrir et redécouvrir son amour gratuit, ainsi que le chante une hymne: « Dis-leur qu’une immense bonté pénètre l’univers »
N’hésitons donc pas à nous ouvrir à cette fête des sens, à relire et à prier, en situation des textes comme Genèse 1 et 2, le psaume 104, etc… A prendre également les paraboles de l’Evangile qui mettent en scène les réalités de la campagne; sans oublier d’approfondir notre perception des grand symboles bibliques et liturgiques que sont l’eau, le vin, le pain, les ténèbres et la lumière…
Notre foi chrétienne n’est-elle pas indissolublement liée à l’Incarnation et à la terre, ne nous fait-elle pas solidaires du cosmos tout entier, dans la chute comme dans le salut?
Bonnes vacances à chacune et à chacun d’entre-vous, ici ou ailleurs. Bon repos. Bon temps de ‘rechargement’, de plein de couleurs, de vie, de silence…


Père Renaud WITTOUCK