Pierres
de Lumière
novembre 2009
       

"Porteurs et portés"...


Cette année la fête de la Toussaint, (fête des Amis de Dieu) tombe un dimanche. Les saints sont fêtés tout au long de l’année à leur Dies natalis, c’est-à-dire au jour de leur départ de ce monde et de leur ‘ naissance à la vie céleste’. Mais depuis les premiers siècles, le Canon de la messe, qui est la prière eucharistique romaine, les mentionne d’une manière collective. Nous comprenons par là qu’il y a une ‘communion des saints,’ que l’Eglise est la ‘communauté ‘ des disciples du Christ. L’idée de rassembler tous les saints connus en la fête du 1 è Novembre remonte, pour la communauté chrétienne de Rome, au Pape Grégoire le Grand (600) Elle s’est rapidement répandue dans toute l’Europe.
Les chrétiens sont à la fois ‘porteurs’ de l’Eglise et ‘portés’ par elle. Ils sont ‘portés’ par l’Eglise-mère: c’est elle qui les soutient, les rassemble, les nourrit de la Parole et du Pain de vie, les envoie dans le monde. Mais ils sont aussi ‘porteurs’ de l‘Eglise: Ils prennent en charge l’annonce de l’Evangile, les initiatives de solidarité et de charité, la charge des communautés, le témoignage au travail, dans l’atelier, en politique et dans les loisirs. En tout cela, ils sont appelés à vivre la sainteté des Béatitudes et de leur baptême.
La fête de ‘Tous les Saints’ nous rappelle que seul Dieu est saint et que la sainteté des élus est d’abord un don de Dieu à accueillir, la Grâce Pascale qui doit grandir avec notre collaboration. Elle nous fait découvrir la ‘sainteté aux cent visages’ selon les siècles et les cultures. Elle nous rappelle enfin les nombreux ‘Saints anonymes’ non répertoriés dans nos calendriers liturgiques,
En parlant de calendrier, je trouve que nous avons perdu la notion du temps liturgique (La Toussaint n’est pas passée (sans parler d’halloween ! qui s’estompe !) qu’on nous parle déjà des cadeaux de Noël ! Nous trouverons même des galettes des Rois avant la naissance de Jésus !) Avez-vous remarqué qu’un calendrier mondialisé se met progressivement en place sous la pression de lobbies et l’égide des institutions publiques? A tous niveaux, les ‘jours et les années dédiées’ se multiplient (tel armistice, tels droits humains, Europe, terre, Sida, année de la Culture ou décennie du développement etc.) Bientôt ce calendrier finira par primer tous les autres, le nôtre en particulier, mettant au placard le liturgique !
Notre calendrier a déjà été fortement déclassé par LA POSTE et bien davantage, par les télévisions qui trient parmi les dizaines de saints honorables à fêter chaque jour, quand elles n’inventent pas des saints de pacotille. L’inculture de beaucoup régnant, une télévision n’annonça-t-elle pas comme ‘saint du Jour: N.D.’ alors que le 11 février dernier n’était que le souvenir de Notre-Dame de Lourdes ou la Journée Mondiale des malades… mais surtout la fête des saints Désiré, Héloïse et Saturnin…
J’ajouterais que l’Eglise s’est elle-même prise à ce jeu des ‘jours et des années dédiées’. Au lendemain même de Vatican II, elle adjoignit au cycle liturgique des ‘intentions’ censées ouvrir les assemblées aux ‘signes des temps: lépreux, Secours Catholique, communications sociales, vocations, mission, paix etc. pourquoi pas les artistes !) Mais nos paroisses ne peuvent pas tout mener de front.
Pourquoi ne pas reprendre la question et redistribuer ces ‘intentions’ au gré du cycle liturgique triennal ? La lecture continue des Evangiles est propice à en éclairer les implications concrètes: Vocation des Apôtres, guérisons des malades et des lépreux, libération des prisonniers, dignité des femmes, soutien des familles, jour de la paix, respect de la Vie, Artistes à la saint Luc etc.)
Le calendrier chrétien est un parcours des merveilles de Dieu agissant dans le monde. On y célébrait jadis les vertus de personnages édifiants. Célébrons bien plus aujourd’hui les merveilles que Dieu a faites en eux et par eux (et qu’il continue de faire en nous et par nous) dans les multiples domaines de la création, de la construction d’un monde en marche vers le Royaume d’amour, de vérité, de justice et de paix.
Bonne et Sainte Nouvelle Année ‘Liturgique’ évidemment à vous et à vos familles.


Abbé Renaud WITTOUCK
__________________________________________________________________________________