la chapelle

agrandir [641×639]


La chapelle Ste Thérèse de l'enfant Jésus et de la Sainte Face


La construction de la chapelle est le fruit d'une initiative
privée : c'est à Philippe Leclercq (1899-1980) que revient la paternité de ce projet en 1952.

La volonté de créer une oeuvre à la fois artistique et spirituelle, faite pour durer et marquer son époque, conduit Philippe Leclercq à faire appel à Alfred Manessier auquel il demande de lui conseiller un architecte. Le choix se porte sur Hermann Baur (1894-1980), membre de la fédération des architectes Suisses (et qui exerça à Bâle de 1930 à 1972).

agrandir [637×640] Avec la volonté d'animer une oeuvre collective, le sculpteur Eugène Dodeigne et le mosaïste Jean Barillet participent à l'élaboration de l'édifice dont la première pierre est posée le 16 septembre 1956. La chapelle fut consacrée par le Cardinal Liénart le 30 mars 1958.

La petite taille de l'édifice a été voulue pour répondre à la nécessité d'adapter le lieu de culte à la structure de la communauté qu'elle dessert. Un peu en retrait, le parvis constitue un lieu préservé par une muraille de verdure.

C'est dans cet espace qu'est installé le campanile.

La réflexion qui se fit autour de la construction fut marquée par le souci d'intégration totale de la chapelle dans l'environnement, qu'il soit humain ou géographique.

La mosaïque de l'auvent invite à pénétrer dans la chapelle. La porte s'ouvre sur une Sainte Face d'aprés Rouault, présence incarnée du Christ.

Le mur vitré au sud dépasse la simple fonction décorative; le genre non figuratif est ici animé d'une authentique émotion religieuse qui permet de saisir quelque chose du mystère divin.

Le vitrail de la chapelle est caractéristique de l'art de Manessier (1911-1993) qui, à la date de la réalisation, a quitté la représentation pour la signification.

agrandir [437×612]


La contribution ultérieure de Jean Roulland pour la figure du pape Jean XXIII et une croix de procession vient compléter l'ensemble.

De ce travail d'équipe est née cette chapelle dont l'aménagement devançant les directives du concile Vatican II permet de retrouver les sources vivantes de la liturgie.

Elle est une étape importante qui conduit l'art et le public l'un vers l'autre dans le contexte du renouveau de l'art sacré qui est une louange à la gloire de Dieu.

Inscrite à l'inventaire supplémentaire des monuments historique en 1995, pour l'architecture et le mobilier, vous la découvrirez dans l'état le plus proche de l'état initial. De nos jours la chapelle est propriété du diocèse de Lille. Elle reste un lieu cultuel ouvert à tous et accueille l'aumônerie des artistes.

agrandir [640×639]

® photos Régis Decottignies


Adresse : 14, rue de Croix 59510 HEM

Contact : Reliances d'artistes : 03 20 81 05 94

Visite : accessibilité et guide sur demande
Fax : 03 28 33 80 24


Cliquer sur le plan pour l'agrandir.

agrandir [463×463]